Ma fille a besoin de soutien...

Publié le par courtois

Je vais tenter de retranscrire un dialogue que j’ai eu avec un parent dont le fils est dans l’école de ma fille. Sa fille est au collége.

- Ah ! Tu es prof de maths, est ce que tu fais du soutien. Ma fille a besoin de soutien en mathématiques.
- Non, je ne fais pas de soutien ! Mais pourquoi a t-elle besoin de soutien ?
- Elle n’est pas très bonne en maths.
- Ah bon ! Je la croyais sérieuse à l’école.
- Oui elle est sérieuse mais je trouve qu’elle n’est pas très bonne.
- Elle s’entend mal avec son prof de maths.
- Non, non, tout va bien. Il est d’ailleurs super, je ne pensais pas en voir des comme ça dans les écoles françaises.
- Elle a quelle notes ?
- 12, 13 de moyenne.
- Hein ! Pourquoi veux-tu qu’elle ait du soutien ?
- Je ne la trouve pas bonne.
- Je ne comprends pas, tu penses que le prof la surnote ?
- Non !
- Alors je comprends de moins en moins.
- J’ai l’impression qu’elle n’est pas bonne dans l’abstraction.
- . . . 

Vous dire pourquoi, il pensait cela, je ne saurais pas le dire. Car j’avais surtout compris qu’il était très inquiet du niveau de sa fille et mon reflexe a été de lui dire :

" Laisse ta fille tranquille, tu risque de l’inquiéter plutot que de l’aider ! ".

Il me raconte ensuite une anecdote qui lui est arrivé chez un libraire. Il demande au libraire ce que sa fille pourrait lire d’un peu plus sophistiqué que ses lectures habituelles. Le libraire s’emporte en lui disant de laisser sa fille tranquille. Elle lit ; c’est déjà plus qu’il ne pourrait en avoir avec d’autres enfants.

Après cette conversation, je me suis dis que j’avais peut être d’autres idées à communiquer. Voilà le début du blog MathsEtParents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lauvergne Clothilde 24/10/2012 17:58

Bonjour,
Je ne sais si je m'adresse aux bonnes personnes, mais moi, ma fille qui est en sixième est absolument nulle en maths. Dans toutes les autres matières, elle est excellente, ses notes tournent autour
de 17/18... Mais en maths, cela va du 2 jusqu'au 6 maximum, elle est démotivée, et ne s'y intéresse absolument pas, préférant la littérature, l'histoire, les arts plastiques, les langues où elle
s'épanouit vraiment. En maths, elle me dit que ce n'est même pas la peine qu'elle travaille puisqu'elle ne comprend rien, et que ça ne sert à rien... Je ne sais plus quoi faire, je crois que je
commence à laisser tomber, comme elle. Les maths, ce ne sera jamais son fort. Alors hérédité ou pas hérédité, j'y crois quand même un peu, car jeune, j'étais très forte en littéraire, et très nulle
en maths. J'adore lire, ma fille aussi...et je ne l'ai jamais poussée à quoi que ce soit. Donc, je pense qu'il y a quand même un facteur d'hérédité. quant au maths, en effet, on ne passe presque
plus de temps dessus, considérant que pour nous, c'est quelque chose d'inaccessible. Et son prof n'a pas l'air non plus d'encourager ma fille à essayer. Pour elle même les additions c'est déjà
difficile...